HOREAU-BOURDILLEAU, COUSINS DEPUIS 1863

 

 

Ce cousinage remonte à 1863, il n’a pas attendu la popularité de la Généalogie. Depuis quatre générations les familles Horeau et Bourdilleau ont pu conserver le contact. Ce simple lien qui dans les familles disparaît souvent avec les années qui passent, a pu se maintenir, bien épisodiquement.

 Dans les textes, retenons pour souvenir, l’amitié et la confiance de Jacques Bourdiliau faite à sa sœur Marie (épouse Horeau) après le décès de leurs parents (en page : Extrait du journal familial N° 5, 1824-1872 de ce site).

 Il en fut ainsi jusqu’à leur décès respectifs : le 7 mai 1908 pour Marie et le 27 mai 1908 pour Jacques. Marie avait 73 ans et Jacques 65 ans !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

 

            Cette  photo extraite de la collection Horeau,                                                                Chemin et Ferme de Cuissé commune du Lude

          pourrait être celle de Marie Horeau (1835-1908)                                                      Ferme autrefois exploitée par Louis et Marie Horeau

 

 

LES DEUX MARIES …

                                        

            La simple représentation des familles, classées et ordonnées, laisse parfois passer ‘’le détail’’ qui révèle pourtant une histoire parfois fort particulière d’une ou de plusieurs personnes présentes dans le texte. Il aurait pu en être ainsi avec cette page, si un petit complément de recherche auprès de l’Etat civil de la commune de La Bruère (que nous remercions), n’avait pas été effectué avant de conclure.

     La vie de Louis et Marie Horeau fût du plus classique dans leur attachement à une vie de travail. Ils étaient cultivateurs comme l’immense majorité des français de leur époque. Ils menèrent une vie familiale bien garnie car la venue de 9 enfants de 1864 à 1879, avait  largement rempli cette vie de labeur.

    Mais un événement familial en 1891 perturba quelque peu cette vie bien ordonnée… avec Marie, le deuxième enfant de la famille. L’arrivée d’un bébé avec cette célibataire de 26 ans, changea le courant de vie de la famille. Bien sur, tout aurait pu se régulariser par un mariage…comme il le fût d’ailleurs pour eux : Louis et Marie ne s’étaient-ils pas mariés le 26 octobre 1863 et leur premier enfant naissant le 21 janvier 1864 !

 

Il en fût hélas différemment pour des raisons bien particulières : Le jeune homme était mineur! Louis Horeau, le père, alla déclarer l’enfant à la Mairie de Vaas : Horeau Marin-Pierre et la famille ‘’sembla’’ s’adapter aux circonstances, puis la jeune Marie vint  habiter le village des beaux parents (et du jeune papa)… Mais avec le temps passant, de mariage point !

 

 Il ne s’agissait pourtant plus de l’âge des intéressés, mais de l’ascendance des deux familles.

 Les mères respectives de ces jeunes parents étaient nées Bourdilleau, de même ascendance à la troisième génération !

 

Le temps s’égrena, le siècle changea, mais la situation demeura. Le chef de famille Louis Horeau mourut à l’âge de 63 ans, le 20 juin 1904, sans voir changer la ligne de conduite et quatre années plus tard ce fut le décès de Marie Horeau, la mère, à l’âge de 72 ans le 7 mai 1908 !

 

…Le 10 octobre 1908, « Marie Horeau 43 ans Aide de culture, épouse Eugène-Edouard E. 32 ans cultivateur, à la Mairie de la Bruère sur Loir (Sarthe). Ils effectuent aussi en ce solennel et si attendu jour, la reconnaissance de leur fils Marin-Pierre, âgé… de 17 ans !

…en présence des parents d’Eugène-Edouard le marié et Eugène Horeau, le frère de Marie ! »

 

 

             EPISODE 2 …

 

Carte Postale HOREAU. Sur la place, au pied du clocher St Germain.

 

 

Le deuxième épisode fut directement lié à la grande guerre, Emile Horeau et Charles Gabriel Bourdiliau ne se connaissant pas, se rencontrèrent par le hasard de la concentration des hommes sur la ligne de front. Le récit qu’il en fut fait par la suite était : Par une conversation entre ces deux soldats, de par leurs noms respectifs et leur lieu d’origine, se reconnurent comme cousins.

 Il est à préciser que la branche Bourdiliau en Eure et Loir (depuis le début des années 1870), n’avait eu que peu de contact avec leur famille en terre sarthoise. Mais cela changea la paix revenue, nous savons aujourd’hui que la petite famille de Charles Gabriel Bourdiliau retourna plusieurs fois à Saint Germain d’Arcé et La Chapelle aux Choux, et il en fut de même pour le fils Georges Bourdiliau (2e génération) avec Henri, Eugène et Lucienne Horeau entre 1925 et 1930.

 

 

 

                                                                         

                    Charles-Gabriel Bourdiliau 1877-1939                Georges Bourdiliau 1905-1982                      Lucienne Horeau 1909-2005

 

 

Si dans cette époque récente des années 50-60, le passé sarthois de la famille et ses villages étaient parfois cités dans les conversations familiales, il faudra attendre le début des années soixante dix pour que la troisième génération, avec Jean Paul Bourdiliau renoue les liens avec Eugène et Victorine Horeau. Eugène allait prendre sa retraite de mécanicien et allait habiter en janvier 1973 dans sa maison de Saint Germain d’Arcé.

 Dans les années quatre vingt, Eugène et Victorine Horeau rendront encore visite aux « cousins » lors d’un déplacement en Eure et Loir, à Saint Lucien.

Aujourd’hui grâce à leurs recherches, Nadine Nicodème-Horeau (quatrième génération) et Jean Paul Bourdiliau, établissent, après liaison par le Mariage de Louis Horeau et Marie Bourdiliau le 26 octobre 1863, les branches respectives des deux familles.

 

Nadine Nicodème-Horeau expose maintenant son travail généalogique sur :   http://gw4.geneanet.org/index.php3?b=nadinehn

 

           

 

                                                                                                                                                                                 Nadine Nicodème-Horeau

                                                                                                                                                                                 Jean Paul Bourdiliau.

                                                                                                                                                                                 Mai 2010

                                                                                                                                                                               Juin 2013

 

Page précédente                                                                                Plan du site                                                                           Page suivante