LE CHEMIN DE JOSEPH

 

 

Emouvant vécu en décembre 1870
(Arbre N°14 dit de La Chartre)

Marie Abdon Jean Joseph BOURDILLEAU

Fils de Jean Julien Bourdilleau
Et de Augustine Zoé Reboussin
Né St Amand de Vendôme le 30 Juillet 1848

Garde Mobile à la :
7ème Compagnie
2ème Bataillon
75ème Régiment de mobiles (Loir et Cher)


1ère Brigade (Général de brigade Bourdillon)
1ère Division (Amiral Jauréguiberry)
16ème Corps (Général de division Chanzy)
Armée de la Loire (général d'Aurelle de Padines)


 

 

 

                                                                MOUVEMENT SUD – NORD  (de bas en haut de la carte)                                                

   

 Au soir du 30 Novembre 1870 :
La Première Division se trouvait à Saint Péravy la Colombe (Loiret), au sud de Patay (5,5 Kilomètres) à environ 15 kilomètres de Loigny  (En bas sur la carte)

          Nuit du 30 Novembre au 1er Décembre,
Ordre de Marche : La Division Jauréguiberry marchera sur Terminiers (Eure et Loir) à environ 10 kilomètres de Saint Péravy la Colombe.

          Matinée du 1er Décembre,
Le 16ème Corps commence son mouvement offensif.

          Vers Midi,
La Division Jauréguiberry partie de Lignerolle menace Guillonville et Gommiers. La Brigade Bourdillon se dirige sur Gommiers.

          A 15 Heures,
La Brigade Bourdillon est arrivée entre Muzelles et la ferme de Guillard : Feu nourri des batteries ennemies postées en avant de Gommiers (environ 2 kilomètres). Combat d'artillerie, recul de l'ennemi. Arrivée de renforts Bavarois sur les positions : Faverolles, Nonneville, Cornières, Chauvreux. La Brigade Bourdillon marche sur Faverolles et Villepion.

          Au soir du 1er,
Ordre de marche de la 1ère Division sur Loigny et Tillay le Peneux.

          Avant la Nuit,
Le 75ème Régiment de Mobiles "avec impétuosité" entre dans Faverolles. Plusieurs centaines de Bavarois sont faits prisonniers. Recul de l'ennemi sur Loigny. Décret du Gouvernement de la Défense Nationale : A l'ordre du jour de l'Armée, la 1ère Division du 16ème Corps et son Chef "Le Contre Amiral Jauréguiberry".
Pertes humaines du 1er Décembre :
940 Allemands dont 42 officiers hors de combat.
1100 Français tués ou blessés.

          Au matin du 2 décembre,
Le 16ème Corps est en disposition de combat. La Division Jauréguiberry se forme en échelons de Bataillons contre le Château de Villepion. La Brigade Bourdillon à droite.

          A 8 heures,
En seconde ligne, après la Division Barry, s'ébranle vers Loigny la Division Jauréguiberry "Troupes pleines d'entrain et de confiance !".

          A 9 heures,
Le village de Loigny est occupé par le Général Barry.

          A 10 heures,
"Situation mauvaise en de nombreux points". L'Amiral Jauréguiberry porte sa Division en avant ! La Brigade Bourdillon marche sur Beauvilliers et Goury ! 5 Bataillons Bavarois battent en retraite devant la Brigade Bourdillon ! Devant Goury, le 75ème Régiment de Mobiles rejoint le Général Bourdillon et se place à la droite. Une attaque sur le Château de Goury, ne permet pas de s'en emparer. Les positions sont maintenues.

          A 11 heures 30,
Un nouveau et vigoureux effort de la Brigade Bourdillon sur le Château de Goury, menace trois batteries Bavaroises, qui se replient. Mais face à "des masses ennemies", la Brigade Bourdillon est repoussée.

          A Midi,
La Division Jauréguiberry est rejetée sur la ligne Ecuillon - Morale, et oppose une énergique résistance sur ce terrain. Dernière contre-attaque sur Goury par la Brigade Bourdillon : Terrible fusillade, elle rétrograde définitivement. (En haut sur la carte)

          A 12 heures 30,
La situation est devenue critique / Position de défensive.

          A 13 heures,
Les troupes du Général Bourdillon, suite à une brusque attaque des Allemands sont obligées de rétrograder sur Loigny. La Brigade Bourdillon, dont le 75ème Régiment de Mobiles, prend pied quelques instants dans la carrière de sable, à l'Est de Loigny. Mais ne peut longtemps s'y maintenir et se réfugie dans le village de Loigny, poursuivie par les Allemands qui emportent d'assaut les premières maisons.
Ouverture du feu ennemi sur Loigny.
Echec de la 37ème de Marche pour secourir la Brigade Bourdillon ... on se fusille dans les rues !
Finalement les régiments du Général Bourdillon, succombant sous le nombre, se retirent sur Villepion avec un effectif réduit de moitié.

 


 

D’APRES LES PLANS DE L’ABBE BELAVE  (Edition militaire R.CHAPELOT, LOIGNY 2 DECEMBRE 1870)                  

 

 

 

 

 

 

A 32 kilomètres d’Orléans

35 kilomètres de Châteaudun

45 kilomètres de Chartres

100 kilomètres de Paris

LOIGNY la BATAILLE, et ses environs

En Eure et Loir, le 2 décembre 1870, 40000 français contre 35000 Allemands…

9000 hommes sont tombés en un jour !

 

Ci-avant, ce document est coédité par le Musée de Loigny, Le Pays d’Accueil Haute Vallée du Loir et le Comité Départemental du Tourisme d’Eure et Loir.

 

 

 

 

 

 

Page précédente

Plan du site

Page suivante