9 Novembre 1830,  CELEBRATION OFFICIELLE DU MARIAGE … A L’AUBERGE

 

 

    Saint Germain d’arcé à 8 heures du matin, le 9 novembre 1830…

 

…L’officier d’Etat civil M. PERCHERON adjoint, en l’absence du Maire se transporte à l’Auberge du bourg de St Germain, chez le Sieur Pierre CHARDON.  Il ne s’agissait pas de déroger* la loi mais bien « en vertu de l’instruction du Ministère de la Justice, en date 3 Juillet 1811 » comme le précise l’annotation en marge de l’acte !

*Ne pas enfreindre la loi.

 

 

Ci-dessus l’extrait de l’acte du 9 novembre 1830

 

 

               Pour l’établissement proprement dit de l’acte, rien ne semble varier. Extrait simplifié :

 

« A comparu devant nous Etienne POUSSIN, garçon majeur, Meunier, demeurant commune de Chenu en ce canton. Né commune de Marçon en ce département le douze août 1806. Constaté par un extrait du registre de cette dernière commune, délivré par Mr  CUREAU adjoint au maire, le 14 octobre dernier. Du légitime mariage du Sieur Etienne POUSSIN meunier demeurant présentement en la dite commune de Chenu et de défunte Jeanne HOUDOYER pour épouse décédée, dite commune de Marçon le sept novembre 1808, ainsi qu’il en relate d’un extrait des registres de cette commune de Marçon, délivré par le dit Sieur CUREAU, le dit jour 14 octobre dernier. Le Sieur Etienne POUSSIN père, qualifié et domicilié, présentement et consentant à ce qui suit d’une part.

            Et Demoiselle Louise Victoire CHARDON fille majeure, demeurant dite commune de Saint Germain d’Arcé. Née même commune, le trois octobre 1808, ainsi qu’il en relate de notre registre de naissance. Du légitime mariage du Sieur Pierre CHARDON Aubergiste demeurant au bourg du dit Saint Germain et de défunte Marie COURTOIS, son épouse décédée même commune le 29 avril 1822. Ce qui est constaté sur le registre de décès de la même commune.

            Le dit Sieur CHARDON Pierre  présent et consentant à ce qui suit, d’autre part.

            Lesquels (x) ont requis, en vertu de l’instruction du Ministre de la Justice, étant (sic) la date est rapportée plus haut, pour cause sus annoncée, en la maison du dit Sieur Pierre Chardon, le mariage projeté eut lieu et dont les publications ont été faites tant à la Mairie du dit Saint Germain… Ce qui est constaté par notre registre de publications, (ainsi) qu’à la Mairie du dit Chenu, le dimanche 31 octobre dernier ainsi qu’il apparaît d’une affiche et certificat délivrés par Mr BELDENT adjoint au Maire du dit Chenu, le quinze du dit mois d’octobre dernier.

            Aucune opposition du dit mariage, n’ayant été faite ne (sic) nous ayant été enregistrée, pas plus qu’aux autorités municipales du dit Chenu, l’ayant droit à la réquisition des parties, après leur avoir donné lecture des pièces justificatives et du chapitre Six au titre des actes civils intitulé du mariage, nous avons demandé aux dits Etienne POUSSIN fils et Louise CHARDON, s’ils veulent se prendre pour mari et femme. Chacun d’eux ayant répondu séparément et affirmativement, nous avons déclaré au nom de la loi que les dits Etienne POUSSIN et Louise Victoire CHARDON sont unis par le mariage. De quoi nous avons dressé acte en présence du Sieur Jean HAVARD marchand âgé de cinquante ans, François LESUEUR perruquier âgé de trente trois ans, Nicolas CHEVRIER boucher âgé de trente cinq ans, et Marin BEULAI maréchal, âgé de quarante quatre ans ; demeurant Commune dite de Saint Germain d’Arcé, témoins au requis et appelés qui ont signé avec les époux, et le Sieur Etienne POUSSIN père, le dit Sieur Pierre CHARDON ayant déclaré ne le savoir et ce (x) suivant la loi ».

 

 

« L’habitation du Sieur Pierre CHARDON aubergiste au Bourg du dit Saint Germain d’Arcé servant de domicile à Mademoiselle Louise Victoire CHARDON. Ci-après (x) où nous avons trouvé cette dernière détenue au lit, pour cause de maladie et… en vertu du ministre de la Justice en date du 3 juillet 1811 ».

 

Par une recherche obstinée de notre généalogiste Mme Jeannine Courcier, l’explication à ce texte concernant la célébration du mariage à l’auberge se trouve sur le registre des décès des Archives départementales Année 1830, sous l’article 12 intitulé :

« Décès d’un enfant sans nom ».

 

La transcription est la suivante :

« Le 9 novembre l’an mil huit cent trente sur les quatre heures du soir, devant nous Percheron, adjoint à Mr le Maire de la Commune de Saint Germain d’arcé, canton du Lude, arrondissement de La Flèche, département de la Sarthe, faisant pour absence de ce dernier la fonction d’officier public de l’Etat civil, soussigné.

Sont comparus le sieur Etienne Poussin fils, meunier demeurant commune de Chenu en ce canton, Père du défunt ci-après nommé. Et le sieur Pierre Chardon aubergiste demeurant commune de Saint Germain d’arcé, grand père du défunt, dont il a été parlé.

Lesquels nous ont présenté un enfant sans vie, de sexe masculin et nous ont déclaré que les père et mère de cet enfant sont le dit sieur Etienne Poussin comparant, et louise Victoire Chardon son épouse, et que c’est le jour d’hier à six heures du soir que cet enfant est sorti du sein de sa mère. Et les déclarants ont signé avec nous le présent acte, sans le dit Chardon qui a dit ne le savoir. »

 

 

 

AD 72 / 5 Mi 311_4 M – Vue 321/351

& 5 Mi 311_6 D –Vue 286/304

Branche cousine Février 2010 et 2017

 

 

 

Page précédente                                                                                Plan du site                                                                                      Page suivante