LE  CAS  BOURGUILLEAU

Et sa branche 15/7 de Verneil

 

 

         Ce patronyme présent dans de nombreuses régions de France, nous le rencontrâmes à notre grande surprise, la première fois sur le relevé des actes d’état civil à la Mairie de Verneil le Chétif (Sarthe) à l’occasion du Baptême d’Estienne Bourguilleau le 4 janvier 1700.

Née d’Estienne Bourguilleau et de Jacquine Marest cette branche était répertoriée depuis de nombreuses années sous le repère 15-7, et avait fait par la suite l’objet d’un arbre distinctif succinct (voir en bas de page).

Déjà lors l’étude réalisée en janvier 2009, afin de dresser la page du Site « Souche au XVIIe siècle », il devint évident que les noms de :

 

Etienne Bourdilleau et Estienne Bourguilleau ne faisaient qu’un,

de même que les noms de Jacquine Marais et Jacquinne Marest

 

 

            Une recherche plus approfondie fut effectuée, avec pour résultat final de confondre par les textes lus, les patronymes Bourguilleau et Bourdilleau pour toute cette branche référencée 15-7. La zone géographique concernée était située sur la partie droite du Loir, plus particulièrement les villages de Verneil le Chétif et Lavernat. Retrouvons ci-dessous en cette page, et par le détail, tous les éléments constitutifs de cette branche et la conclusion évidente à la lecture des actes concernés et la représentation de cette branche généalogique.

           

            Ci-dessous présentés pour exemple, cinq actes extraits des registre BMS 1670- 1699 et 1700-1750 Verneil A.D 72 :

                                                                                                                                

 

           Registre 1670-1699, vue 262 : « Le sixième jour d’aoust l’an mil six cent quattre vingt dix huit, a esté baptizée sur les fonds de l’église de St Denis de Verneil, par moy vicaire soussigné Perrinne fille d’Estienne Bourguilau et de Jacquine Marrest son épouse/ née du mesme jour, a esté parrain Charles Gautdron et marraine Perrinne Gourmis tous deux de cette paroisse/ qui ont déclaré ne savoir signé… »       

 

 

Registre 1700-1750, vue 2 : « Le quatrième jour de janvier, l’an mil sept cent, a esté baptisé sur les fonds de l’église St Denis de Verneil par moy vicaire du lieu soussigné, Estienne fils d’Estienne Bourguillau et de Jacquinne Marais son épouse. Née de mesme jour ; a esté parrain Pierre Bouchet et marraine Anne Gautron, tous de cette paroisse, qui ont déclaré ne savoir signer… »

2ème Acte : « Le cinquième jour de janvier l’an mil sept cent, Estienne Bourguillau âgé d’un jour a esté inhumé dans le cimetière de Verneil par moy Vicaire du lieu soussigné ».                                                

 

            Registre 1700-1750, vue 13 : « Le vingt uniesme jour de novembre l’an mil sept cent a esté baptizée sur les fonds de l’église de Verneil par moy vicaire du lieu soussigné Anne fille de Estienne Bourguilleau et de Jaquinne Marriest son épouse/ née du jour précédent, a esté parrain Pierre Curreau garçon et marrainne Martinne Marrest femme d’Urbain Curreau tous de la paroisse d’Aubigné qui ne savent signer ».         

                                                                                                              

            Registre 1700-1750, vue 78 : « Le vingt cinq hiesme Jour du mois de febvrier mil sept cent cinq a esté inhumé dans le cimetière du dit lieu soussigné, le corps d’un enfant fils de Estienne Bourguillau et de Jacquinne Marais son épouse, né du jour précédant Baptizé dans la maison en cas de (péril de mort) par Anne Bourguillau veuve de Charles Gautron (tt) en présence desdits père et mère, ainsi que  x Bourguillau ‘’ne l’a protesté… » (tt. matrone)     Signé L.Gaupuceau

2ème Acte : « Le dernier jour de febvrier mil sept cent cinq a esté inhumé dans le cimetière de céans, par moy prêtre soussigné le corps de Jacquine Marrais agée de quarante ans, femme en son vivant d’Estienne Bourguilleau »  signé L. Gaupuceau     

 

 

Après lecture de l’ensemble des actes concernés, plus aucun doute ne subsistait, il s’agissait cette fois encore d’un problème de patois et d’un rédacteur des actes d’état civil peu scrupuleux !

 

Ci-dessous cette branche référencée 15-5 :

 

 

Ci-dessous un acte de la même époque et dans un secteur proche (Nogent sur Loir).

…Par son aimable correspondance, Monsieur Jean Luc Breton généalogiste, nous avait fait parvenir copie de l’acte de Baptême d’Urbain-Joseph Robineau. Le Patronyme de la mère était : Bourguilleau Perrine. Acte de Nogent sur Loir, le 4 Janvier 1696…

(AD 72 BMS 1693-1719, vue 25)

Non fiché à la date de rédaction de cette page, voici matière à recherche !

 

 

 

 

Nous avions déjà eu, plus près de nous dans les générations, le cas Bourdiliau et ses variantes, visibles sur le site à : Horeau-Bourdilleau, cousins depuis 1863. il s’agissait dans ce cas (au milieu du XIXe siècle) de la rédaction approximative de l’officiant de l’état civil.   

Mais loin de nous de prétendre bien entendu, qu’il en est de même en d’autres régions de France pour tous les porteurs du patronyme Bourguilleau et des autres variantes.

 

 

Anne Bourguilleau (Bourdilleau) est fréquemment citée dans les actes d’état civil de cette période. Domiciliée à Verneil, elle exerce la profession (officielle) de Sage femme, nous la retrouvons pour cette raison à Verneil et les paroisses voisines.

Les parents d’Anne sont Mathieu Bourdillau* et Marguerite Lemoine. Mathieu veuf de Renée Léon épousera Marguerite Lemoine (parfois écrit Lemoyne) le 6 juillet 1654 à Vaas.

Anne est née le 23 Janvier 1657 à Lavernat, elle épousera à l’âge de 17 ans Charles Gautron à Mayet le 6 Mai 1674*.

Elle décédera le 25 mai 1714 à Verneil, son acte de décès, très succinct se trouve à la vue 206 du registre BMS. 

Anne accréditée Matrone, a eu forte tâche dans sa mission de sage femme, à cette époque charnière des deux siècles.

 

Constat :

 

·         La mortalité (surtout) infantile est impressionnante et pourtant rien ne perce ou peu dans l’écriture des prêtres et vicaires des paroisses.

·         Pour cette branche 15-7, comme pour la 10 et la 13-3 : le fait extrême de cette forte mortalité infantile est la disparition même du patronyme.

La descendance d’Etienne en deux mariages :

·         fut de 9 enfants :

·         5 enfants moururent en bas âge. 2 garçons perpétuèrent le patronyme et 2 filles créèrent une famille.

La dernière descendance, en deux couples :

·         fut de 10 enfants :

·         8 enfants moururent en bas âge, seules 2 filles créèrent une famille.

·          

 

Positionnement dans l’histoire de France

Louis XIV est le fils de Louis XIII et d’Anne d’Autriche, Il est né au Château de Saint Germain en Laye le 5 septembre 1638.

A la mort de son père Louis XIII, le jeune Louis n’a que cinq ans, il est placé sous la régence de sa mère, il sera sacré roi le 7 juin 1654 à Reims.

Il sera roi de France de 1643 à 1715 (le plus long règne connu dans l'histoire de France et d'Europe).

Versailles deviendra sa résidence officielle et celle de sa cour  en 1710.

Louis XIV meurt à Versailles le dimanche 1er septembre 1715 à l’âge de 77 ans.

 

 

Nous associons à la réalisation de cette page, notre ami Louis Michel Jacquard, décédé le 3 décembre 2010. Il participa aux déplacements depuis Chartres afin d’effectuer systématiquement (parfois du matin au soir) le recopiage de tous les actes d’état civil du patronyme. Il en fut ainsi tout d’abord dans les communes, puis aux (anciennes) Archives de la Sarthe.  Le relevé de ces actes ont permis vingt ans plus tard, grâce au progrès de l’informatique, les résultats comme ci-dessus présentés.

 

 

 

*Mathieu laisse sa trace sur le livre de Fortuné Legeay à la page 45. Livre réédité en 1991 chez Res Universis.

 

*Remerciements à Madame Marie-Hélène Boulay, pour la descendance Gautron.

 

 

 

Page précédente                                                        Plan du site                                                    Page suivante