LA GRANDE HISTOIRE DU LIEU-DIT ET DE LA FERME

Sur le coteau du loir

Paroisse de St Germain d’Arcé

                                                                                                 

 

Gravure de Jean Bourdillau

 

…Lieu-dit LES BOURDILLAUX Altitude 94 mètres, du haut de son coteau dominant la vallée du loir, face à Château du Loir au lointain sur l’autre coteau, la ferme est loin d’avoir livré les secrets de sa longue histoire …

 

Le bilan actuel est conséquent, puisqu’à la date de rédaction de ces pages, il permet de connaître les grandes lignes de son histoire, depuis1629 !

 

            A nos débuts, les premières lignes écrites concernant ce lieu, nous furent communiquées par Georges René BOURDILLEAU (1891-1978) père de Pierre et Philippe de la branche 14. Par la lettre jointe datant de 1973, notre « cousin » nous donnait la première indication. Extrait :

 

 

 

                                                                                                                     

            Notre premier déplacement à Saint Germain d’Arcé, nous permis de découvrir une campagne vallonnée et verdoyante, mais néanmoins assez différente de notre vallée de l’Eure. Notre recherche du lieu-dit fût d’abord très axée sur le bourg et la proximité du bourg par méconnaissance. Mais en nous éloignant du centre-bourg, nous découvrions ses nombreuses maisons isolées, et enfin trouvions « la nôtre ». Nous rencontrions par la même occasion notre premier panneau indicateur au nom pour nous si curieusement libellé !

 

Coll.des auteurs. Années70

            De ces mêmes années, la deuxième lettre fort intéressante fût écrite de la plume de Madame LUBINEAU (née LE CORF) de Vaas, dont les grands parents Alexandre BOURDILLEAU et Célestine DEMARET son épouse, avaient habité « LES BOURDILLEAUX ». En ces lieux Alexandre et Célestine avaient élevé leur fille Célestine née en 1890 mais aussi leur neveu Camille BOURDILLEAU après le décès de sa mère Louise Marie Joséphine en 1900, Camille ayant alors 2 ans !

            Par son ancien métier Clerc de notaire, Mme LUBINEAU écrivait dans cette première lettre, puis dans une autre le passé de la ferme et ses dernières mutations. Pour un passé récent pour elle (en 1971), elle avait rendu visite à son dernier propriétaire et avait fait le tour de cette maison pour laquelle elle avait  beaucoup d’attachement.

 

Coll. J et B Samson. Années 60

            Dans les années qui suivirent, nous rencontrions Madame GAUDIN de la ferme voisine du Verger, puis Bernadette et Jean SAMSON les actuels propriétaires, très intéressés par l’histoire de leur maison. Le travail de professionnel pour la restauration et l’aménagement, effectué par Jean SAMSON dans cette maison est important « de la cave au faîtage ». Et sa parfaite connaissance des lieux est un atout capital.

 

Nous sommes très reconnaissants à Jean et à Bernadette pour leur gentillesse et leur encouragement.

            Comme déjà traité dans les premières pages de ce site, ce sont les archives communales qui nous apportèrent les premiers éléments. Mais rapidement les Archives Départementales ouvrirent largement leur porte, et permirent aux modestes chercheurs que nous sommes, toutes les facilités pour remonter le temps.

            Pour la Sarthe (mais aussi l’Indre et Loire et le Loir et Cher), nous connûmes l’engouement de la recherche généalogique des années 90 à l’époque des anciennes archives départementales, avec un nombre très important de consultants. Avec les nouvelles archives sarthoises dans le quartier de Pontlieue, les moyens informatiques permirent entre-autre, l’accès aux différents plans et matrices. Ainsi pour le domaine des plans, les résultats ci-après présentés :

 

Extraits du cadastre des A.D.72

Plan primitif de 1811

 

            

 

Plan Napoléonien de 1846

 

 

 

Agrandissement sur la ferme en 1846

 

 

 

Plan de 1969

 

 

Des investigations tout azimut ont permis de remonter le temps, en entrant plus avant dans le 17ème siècle. Ainsi grâce à la lecture d’actes d’Etat Civil, du XVIIe, retrouvons les habitants « des Bourdillaux » en 1629 !

 

 

XVIIème SIECLE

 

ACTE DE NAISSANCE A.D 72 acte B 1610-1638- 70/96 ou 66/306 art 752

 

 

« Le mardy dix huit ème jour d’octobre mil six cent vingt et neuf  (1629) est nay au lieu les Bourdillaux

Anthoyne Lespingleux fils de Jean Lespingleux et jacquine x sa femme Et le vendredy suivant a etté par moy curé soussigné baptisé. Parrain Anthoyne Bourgoin marainne x Bourgoin. Tous de cette paroisse. »

 

 

 

ACTE DE NAISSANCE A.D 72 acte B 1609-1692- 110/306 art 1200

 

 

« Le vendredi 14e jour de janvier 1643, est né Aux Bourdillaux en cette paroisse et baptizé par moi Curé soussigné :

 Jean PEAN fils de Jean PEAN et de Michèle X son épouse,

 parrain Urbain X, marraine Jeanne GAUDIN  femme de Pierre PEAN »

 

 

 

ACTE DE DECES A.D 72 acte BMS 1668-1699 Vue 10/192

 

 

« Le jeudi 10e jour de janvier 1669, j’ai inhumé dans le petit cimetière de St Germain d’Arcé, Mathurine LEBRAUX  épouse de défunt Anthoine BOURGOIN âgée  de 82 ans décédée ce jour d’hier Aux Bourdillaux au lieu dit paroisse »

 

 

 

ACTE DE DECES A.D 72 acte BMS 1668- 1699 Vue 216/224

 

 

« Le 27e jour d’avril 1689, est décédé Urbain BOURGOIN en sa maison sise Aux Bourdillaux

et inhumé dans l’église »

 

 

XVIIIème SIECLE

ACTE DE DECES  A.D 72  BMS 1Mi 957 R2 1732 vue 14/57

 

 

«  Le vingt trois avril mil sept cens trente deux (1732), a été inhume dans le cimetière de ce lieu,

par nous vicaire soussigné, le corps de Jeanne Barbet âgée d’environ trente huit ans,

 femme d’Urbain Bénard et décédée Aux Bourdilleaux en cette paroisse. »         P.Coubard prêtre.

 

 

 

TABLEAU DES MUTATIONS

Extraites des archives départementales de la Sarthe

Compilation des auteurs

 

 

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 

Dictionnaire Etymologique par A.Dauzat :

«Habitant de la borde »,

Ferme, métairie, maison rurale isolée. BORDE, ainsi que dérivés.

 

Dictionnaire topographique de la Sarthe :

Bourdillaux (les) Cne de St Germain d’Arcé

Habitants de St Germain : Les Farauds.

 

Généanet.com :

« Les noms de lieux avaient au départ des appellations signifiantes, pour les premiers habitants : Evocation…d’une personne à laquelle le lieu est dédié. Ces significations sont aujourd’hui oubliées »

 

Geopatronyme.com

« Parmi les porteurs de ces noms, il en est beaucoup qui ne possédaient plus les domaines correspondants. Pourtant il n’est pas rare de retrouver certains porteurs de nom de lieux non loin de l’endroit en question »

 

Les.bourdillaux.free.fr

«Le nom de BOURDILLEAU toutes terminaisons confondues est présent dans les registres Sarthois anciens, aux dates les plus extrêmes ». Côté généalogie, même si ces dates extrêmes sont atteintes, nous avons néanmoins l’espoir de découvertes nouvelles, comme ce fut le cas dans l’hiver 2008-2009. Côté Lieu-dit, l’espoir vient des archives des notaires…mais la remontée dans le temps sera longue et difficile !

 

 

 

Page précédente                                                          Plan du site                                                                Page suivante