GENERALITES

 

 

 

 


-   Jusqu'au 11e siècle, seul le prénom de baptême est porté.

 
-   Au 12e & 13e siècle, un surnom ou sobriquet est ajouté.


-   Avec le temps, ce surnom est transmis à la descendance.

 
-   Au 15e siècle, ce surnom devient le nom de famille.

 

  

    1°/ Les registres anciens sous l’ancien régime sont les Registres paroissiaux. Y sont inscrits par les cures : Les baptêmes, mariages, sépultures

 

-   En 1539 : Ordonnance de Villers-Cotterêts faisant obligation de tenir dans chaque paroisse, un registre de baptêmes avec transcription au greffe.

 

-   En 1579 : Ordonnance de Blois. Elle étend l'obligation précédente aux mariages et aux sépultures.


-  
En 1593 : Suite au ‘’concile de trente’’, les registres de mariages apparaissent avec, au côté des noms des baptisés, ceux de leurs parrains.

-   En 1667 : Ordonnance de St Germain en Laye appelée ‘’code Louis’’. Elle instaure la tenue des registres paroissiaux en double exemplaire (Paroisse et Greffe du tribunal).


-  
En 1750 : Premiers plans terriers, à la demande des grands propriétaires (pour les revenus des cultures).

 

   

    2°/ Les registres du régime républicain sont les registres d’état civil. Ils sont issus des décrets des 20 et 25 septembre 1792 se substituant aux registres des paroisses. Sont portés : Les naissances, mariages, décès (N.M.D).

 

-   En 1793 : Ces registres sont désormais tenus en double exemplaires par les Mairies. L’un est conservé en Mairie, puis bien souvent déposé aux Archives Départementales, et le second conservé au greffe du Tribunal (…Puis versé aux Archives Départementales).

   On trouve aussi à partir de 1793, les Tables décennales (T.D) qui sont un récapitulatif des actes. (Fort appréciées des chercheurs).

 

 

 

 

 

NOS  DEBUTS

 

 

 


          Nos recherches ont débuté dans les années 1970, par des recherches généalogiques aux Archives départementales de la Sarthe, de l'Indre et Loire, du Loir et Cher et de l'Eure et Loir, puis sur onze communes de ces quatre départements. Il est évident que la distance de ces communes depuis notre domicile près de Chartres et les horaires d'ouverture des Mairies, limités parfois à deux heures (et pas tous les jours), ne facilitaient pas la progression car nous avions alors une activité professionnelle ... débordante !

          Néanmoins, la correspondance par courrier-poste avec les secrétaires de ces mairies et l'agréable accueil lors de notre venue sur place pour compulser les registres, furent un grand encouragement pour nous. Permettant de connaître l'essentiel afin de dresser un premier arbre généalogique de notre lignée remontant alors à 1752.

 

          Depuis le premier jour, dans les Mairies comme aux différentes Archives départementales, nous avons pris en note manuscrite intégrale, tous les actes porteurs du patronyme. Ce travail de fourmi a permis, avec l’avènement d’Internet, de pouvoir porter à la connaissance de tous, des récits authentiques issus pour la majorité, des actes d’état civil. 

    

        Depuis ces toutes dernières années, grâce aux archives départementales (principalement de la Sarthe), la retraite professionnelle venue, les recherches dans les documents les plus anciens ont apporté une connaissance que nous n’osions espérer.

 

           Nous vous invitons à ouvrir ce grand livre d’histoire qui grandi toujours, et à parcourir ces pages de récits inédits, souvent passionnants, parfois poignants. Ce grand livre est la mémoire de nos ancêtres.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Page précédente

 

Page suivante